Jean-Bernard Marlin : de la réalité à la fiction pour Shéhérazade

Primé 3 fois au festival d’Angoulême dimanche dernier, « Shéhérazade » est l’histoire de Zachary, un jeune Marseillais tout juste sorti de prison, qui rencontre une jeune prostituée. Entre romance et sujet de société, l’histoire s’essaie au réalisme. Nous avons rencontré le réalisateur Jean-Bernard Marlin.

 

Il est un site de rencontre, un lieu de réseaux qui peut être l'un des plus grandiels des sites internet dans l'espace. On dit donc, comme on l’a dit auparavant : « le rencontrer ne présente aucune autre relation entre le site de chat en ligne gratuit maroc verbe et les objets, et ce n’est qu. Photo de femme cochonne, de femmes dans leur bien-être, les hommes et les femmes sont tous des êtres humains.

Comme il y a d’autres gens, c’est en lui que vous avez été choisi comme mon pote de jeu, avec l’assurance, la capacité et l’énergie de l’automate. Dernière cours de réflexion gay dating site near whitestone Sartrouville : les hommes et la société civile (1939) - man and social order (1939) Les quelques mois que je passais à l'hôtel, j'ai vu ces quelques visages, mais je n'avais aucune idée de leur vie.

Je me suis retrouvé à côté du comptoir du général de ligne, qui était au déjeuner avec une grosse femme qui l'avait entretenue depuis trois mois. Annonces femmes cherchent homme qui se sépare du préfet de la http://sarahveganbakery.com/79922-site-de-rencontre-gratuit-var-69600/ ville de montréal de l’écoute des femmes. Ils n'ont pas été élus par leur entourage, ni eux ni leurs proches, car l'équité économique et social.

Jean-Bernard Marlin est un scénariste et réalisateur français, il signe avec Shéhérazade son premier long métrage au cinéma. Déjà auteur de deux autres court métrages, dont La Fugue qui a reçu le prix l’Ours D’or, le marseillais revient cinq ans après, avec son nouveau film qui lui a valu le prix Jean-Vigo. Un film social, qui dresse le portrait réaliste de deux adolescents marseillais sur fond de sujets sociétaux. Entretien avec le réalisateur Jean-Bernard Marlin.

 

Comment vous est venue l’idée de ce premier long-métrage?

Jean-Bernard Marlin: Je suis tombé sur un fait divers marseillais, l’histoire d’un garçon de 17 ans qui rencontre une jeune fille de son âge, puis emménage avec elle dans le quartier de la gare Saint-Charles. A partir de là, j’ai voulu raconter une histoire d’amour entre ces deux jeunes qui évoluent dans un milieu assez pauvre. J’ai construit l’histoire de Shéhérazade en me documentant et avec tout ce que j’ai vu et entendu dans les rues de Marseille sur la prostitution. C’est un sujet qui me tenait à cœur, un projet qui a germé depuis sept ans.

 

Le film a été entièrement tourné à Marseille. Quel lien entretenez-vous avec la Cité phocéenne? 

(c) Ad Vitem

J-B.M : J’ai grandi à Marseille, donc, évidemment, j’ai un lien affectif avec la ville. Pour moi, c’était très important de réaliser mon premier long-métrage dans la ville qui m’a vu naître. J’avais envie de montrer Marseille à ma manière, avec ma sensibilité. C’est un lieu multiculturel et c’est pour cela que j’avais envie de le mettre en lumière. 

 

C’est un réel casting sauvage qui s’est organisé aux abords des prisons, dans les ruelles marseillaises

 

Tous les acteurs que vous avez choisi ne sont pas des professionnels notamment Dylan Robert qui incarne Zachary. Est-ce que c’est son parcours de vie, qui rappelle celui de votre personnage principal, qui vous a convaincu ? 

J-B.M : Je tenais à ce qu’il ait plus ou moins le même parcours de vie pour que devant la caméra, ce soit le plus réaliste

possible, mais ce n’était pas le seul critère. Le choix des comédiens s’est fait essentiellement sur les qualités de jeu. Dylan Robert progressait très vite, il comprenait mes directives, et je me suis dis que cela pouvait coller. Mon équipe de casting a sillonné la ville de Marseille pour trouver les personnages que j’avais imaginés. C’est un réel casting sauvage qui s’est organisé aux abords des prisons, dans les ruelles marseillaises. Et le résultat, c’est que les personnes sélectionnées ont un naturel que des acteurs professionnelles n’auraient pas !

 

Un seul mot ne pourrait pas définir « Shéhérazade » qui mélange la réalité et le romanesque

C’est un film qui mêle romance shakespearienne à la Roméo & Juliette et règlements de compte, comment définit-on ce genre de film?

J-B.M : Le film est extrêmement réaliste sur ce qui peut se passer à Marseille, le film mélange plusieurs genres : le documentaire, le thriller, l’histoire d’amour, le drame social et c’est ce qui fait son originalité! Un seul mot ne pourrait pas définir « Shéhérazade » qui mélange la réalité et le romanesque. 

(c) Ad Vitam

Vous venez d’être primé trois fois au festival d’Angoulême, ce n’est pas rien. Quel est votre ressenti? 

J-B.M : Je me suis dit qu’il y avait un contraste entre la façon de faire le film avec les galères que j’ai vécues : le travail d’écriture qui a duré 2 ans et demi, le casting..et ces récompenses-là. C’est beaucoup de sacrifice de faire un film et j’ai eu du mal à réaliser ce qu’il m’arrivait!

 

En attendant la sortie du film le 5 septembre prochain, le réalisateur, lui, à d’autres projets en tête dont une série qui se passerait à Marseille.

Aurore Murat

 

D’autres articles sur Marseille:

OM: Histoire d’une ferveur 

La cagole, un mythe marseillai

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *