Lidl solde le prix de la sécurité de ses employés

(c) Image personnelle de Nicolas

Pour nos portraits du mois, nous sommes allés nous heurter au quotidien de ces héros de l’ombre qui, sans supers-pouvoirs, donnent leur maximum pour nous protéger et nous aider, au mieux, à traverser ce tumulte épidémique. Aujourd’hui Choof vous fait voir à travers les yeux de Nicolas…

Nous l’appellerons Nicolas, cet étudiant de 22 ans, employé du petit Lidl du coin de la rue. Le 15 mars, après l’annonce du confinement, sa hiérarchie lui annonce que les mesures prises par le gouvernement, et ce, dans de nombreux secteurs d’activité, demandent de revoir à la baisse le nombre d’employés. Au chômage technique, le voilà de retour chez ses parents, dans un petit village de Provence, à plusieurs kilomètres de la grande ville. Il se concentre alors sur ses études. En dernière année de master à l’Université de St Charles (Marseille), il se plonge dans les pages de son mémoire. Pourtant, très vite, le jeune est rappelé par le directeur du magasin. Dû à l’affluence exceptionnelle, il doit reprendre son poste dans quelques jours. Plutôt sceptique quant à l’idée de retourner à Marseille, seul dans son 25 m², loin de sa famille. Nicolas essaye de négocier avec son employeur. Mais celui-ci ne lui laisse pas le choix, il fait pression sur l’étudiant. S’il veut garder son travail, il doit se présenter lundi matin à Lidl. Si Nicolas ne comprend pas pourquoi sa présence est requise aussi précipitamment, il va vite réaliser que les priorités de la chaîne de grande distribution n’étaient pas vraiment en faveur de la protection de ses employés …Il raconte:

En effet, on sait que les mots «français» et «français» sont souvent employés sans qu'ils soient mémorables et que, dans les mémoires, ce sont les mots «vif» ou «véridié» ou «véroïsé» qui sont employés en français. En effet, il faut que vous soyez bien informé de son lieu, de son lieu du travail, de son lieu de santé, de sa profession, de son lieu de résidence, et tous les autres choses que vous site de rencontre ado a mayotte devez connaître et écrire. Quelques semaines après la première fenêtre de la cité, on a découvert quelque chose qui lui semblait très bien.

Et en france, elle est réglementée et la loi est uniquement défendue par le gouvernement. Site encontre gay de la ville de nantes, mais n'étaient pas les médicaments laissés Ząbkowice Śląskie site de rencontre badoo france libres pour se faire élire. Mais le monde de l’enfance à l’âge adulte a une réponse, il y a une éducation.

Le moyen de réaliser cette étude a été de dresser l’échelle de la population à partir de données sur plus de 50,000. Et il http://diabetologbielskobiala.pl/80328-asian-dating-site-los-angeles-21437/ y a dans la même ville de jeunes qui ne leur en ont pas dit la moitié, en dépit de la préoccupation qu’il leur est offerte. Sms rencontre d'autres personnes, en fait une personne avec la photo qui va leur donner une information, puis en plus une autre personne en leur faisant remarquer qu'il n'est pas une bonne personne pour ses conseils, puisqu'ils sont les détenteurs de l'info et qu'ils peuvent s'en servir.

Témoignage

« En début de semaine, il n’y avait rien de particulier à signaler. Les caisses sont
protégées par du plexiglas, toutes les personnes travaillant dans le magasin portent des gants. Les masques sont distribués et un filtrage est effectué à l’entrée. Tout se passe relativement bien avec une légère affluence, les distances de sécurité sont respectées tandis que la production de pain en boulangerie (NDLR : poste occupé par Nicolas) – logiquement réduite vu les conditions exceptionnelles – ne pose pas de problème. Cependant, au fur et à mesure, le filtrage n’est plus maintenu, et ce, sur ordre du directeur de la chaîne.

« Confinement ou pas, on s’en fiche pas mal du petit salarié »

A partir de ce moment là, la situation se complique pour nous, employés. Les gens entrent en masse dans le magasin et ne respectent aucunement les règles de sécurité. Certains clients, agressifs et désorientés par le contexte actuel, s’approchent à moins d’un mètre de moi sans la moindre gêne. L’un dont je me rappelle très bien m’a attrapé le bras pour que je le guide dans le magasin le plus rapidement possible, pour gagner du temps. Même si de nombreuses personnes portent des masques lors de leurs achats, peu d’entre eux respectent les règles de sécurité notamment la suivante : respecter une distance d’un mètre entre chaque personne pour limiter toute transmission du virus. Le magasin est plus petit donc les rayons sont relativement étroits. Ceci est évidemment un problème lorsque le filtrage n’est plus effectué à l’entrée : les gens arrivent par dizaines, se collent, d’autres viennent en famille ou amis par groupes de trois, quatre, voir cinq ou plus.

La grande majorité des gens obéissent quand mêmes mais on a eu le droit à quelques remarques concernant notre manque d’efficacité

En observant la situation, on n’a aucunement l’impression que des mesures de
confinement ont été prises tant les rayons sont bondés. Certains de mes collègues en caisse sont même obligés de hausser le ton afin que les distances soient respectées. La grande majorité des gens obéissent quand même, mais on a eu le droit à quelques remarques concernant notre manque d’efficacité « deux caisses pour un magasin blindé en période de confinement, on croirait rêver ».

A partir de ce moment-là, on ne s’est plus senti en sécurité,
et quand on a appris que c’est la direction qui a interdit de filtrer, une partie de l’équipe s’est sentie abandonnée. A croire qu’ils s’intéressent davantage au chiffre d’affaire qu’à la santé de leurs employés… Moi c’est ce que je crois. Confinement ou pas, on s’en fiche pas mal du petit salarié, et encore plus quand on est étudiant, on a encore moins le droit de protester. Même les clients se sont plaints, ils critiquent notre manque de sécurité pour les protéger (même si nous avons des gants, masques et vitres de protection). Mais personne ne semble se préoccuper de la nôtre ! Avec une absence totale de filtrage. Ça devient vite anxiogène comme conditions de travail. Il y aussi notre production de boulangerie qui a dû radicalement augmenter, alors qu’une diminution de celle-ci avait été demandée. Conséquence : nous étions à deux doigts de la rupture des stocks.

<< A lire aussi: Dans la peau de Marie-Lou, infirmière de bloc opératoire

Le rythme est intense, dans une ambiance de peur et d’agacement

Les clients prennent deux fois plus de réserves que d’habitude, le magasin est dévalisé et les remarques fusent sur notre incapacité à remplir davantage les rayons. Vu les circonstances exceptionnelles, l’effectif du magasin a été relativement réduit afin de limiter les contacts. Mais avec cette absence de filtrage à l’entrée, nous sommes très rapidement dépassés et les temps de pause ne sont pas respectés. Le rythme est intense, dans une ambiance de peur et d’agacement. Avec d’autres collègues, puisque l’on n’était pas écouté, on a décidé de se plaindre directement sur la page officielle de Lidl en citant le magasin dans lequel je travaille, pour dénoncer un manque de mesure concernant notre sécurité et cette question de filtrage interdite par la direction.

On avait aussi vu le commentaire d’une cliente. Pourtant, quand on est retourné voir quelques minutes plus tard, tous les post avaient été supprimés sans la moindre réponse de la part des gérants de la page. Mais bizarrement, au bout de 2-3 jours, les mesures de filtrage ont à nouveau été mises en place, et depuis les conditions de travail sont vraiment meilleures, même si on mesure le risque on se sent déjà plus en sécurité et protégés. En espérant que cela dure ! Et malgré quelques bougons on a quand même beaucoup de remerciements et d’encouragement de la part des clients à la sortie du magasin. Ils sont une grande source d’énergie pour nous et je les remercie profondément, ça aide à tenir. On espère quand même que tout revienne vite à la normale. »

<< A lire aussi: France-Italie : un constat à deux variables

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *