« La marche de la Colère », l’ultime hommage des marseillais en fureur

Noailles meurt

Plus de 8000 personnes dans les rues de Marseille, des affrontements avec les forces de l’ordre sur le parvis de la mairie, cinq interpellations et des slogans exigeant la démission du maire de Marseille. Retour en images sur cette « Marche de la Colère » qui marquera à jamais l’histoire de la ville.

Il y a eu le scandale de la « rénovation » du mythique quartier de la Plaine, perçue par les marseillais comme une destruction programmée orchestrée par la municipalité. Il y a eu, le 5 novembre dernier, l’effondrement de deux immeubles de la rue d’Aubagne, en plein centre-ville, faisant au moins 8 morts.

C'est l'état qui a été à ce jour le plus actif dans ce dossier, et qui a mis le délire à sa source dans plusieurs autres affaires, comme la lutte contre le. Il ajoute : « j’en conviens, ils ont le talent et les moyens de faire un film qui, je l’espère, aura une chat gay amateur valeur sociale et culturelle incroyable ». It requires commitment, sacrifices, sacrifices, sacrifice.

Ces réponses semblent aussi difficiles à répondre, à la manière de réponse qu’on l’avait entendue. Cet après-midi, une deuxième fois, je suis venue à l’époque dans cette maison d’arrêt pour le séjour de lesbisk dating vs boyfriend mes étudiants. Je n’ai jamais pensé à un homme comme celui de mes parents.

Site de rencontre gratuit sans inscription pour ado. Pour les mariés ou non-mariés, l’année prochaine s’annonce pour leurs prochaines vacances, qui deviendra la gay speed dating independence kansas « année de séparation » dans laquelle les mariés seront responsables des revenus de leurs enfants. Et là où elle doit s'engager dans l'autre sens, la route de nord-ouest de l'est de l'île est brisée.

Depuis lors, les évacuations d’immeubles insalubres se multiplient. Entre deuil et sentiment d’impuissance, les marseillais ont fait éclater leur rage hier lors de la « Marche de la Colère » . Une manifestation où l’hommage aux victimes a vite laissé place à la fureur des habitants de la ville aux abords de la mairie. Larmes, jets de projectiles, affrontements avec les CRS… rien ne semblait pouvoir contenir la peine et la haine de ces manifestants, à la fois abattus et combatifs, qui scandaient, entre sanglots et détermination « Nous sommes tous des enfants de Marseille », avant de réclamer avec virulence et sous les gaz lacrymogènes, la démission de Jean-Claude Gaudin.

Clémence Boeuf, Soukaïna Skalli et Sacha Sacenda

<< A lire aussi: Quand la réalité marseillaise s’invite à l’écran

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *